Nous sommes quelques années aprés le 7eme tome d'Harry Potter. Harry Potter et ses amis ont constuit leurs vies. Mais une menace gronde, les mangemorts refont surface, un homme oublié reprend ses droits. L'ordre du phénix se reforme.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lisandra Arandi
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Féminin Nombre de messages : 186
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Sam 17 Jan - 0:14

Le soleil qui décroît et elle qui marche. Doucement, délicatement l'obscurité s'installait. Lassement, d'un pas trainant, elle s'avançait, une rose noire à la main. Jamais on ne l'avait vue dans un état pareil. Ses traits exprimaient de la tristesse et ses yeux verts/azur avaient l'air désespérés. Elle marche encore vers ce lieu, les passants la dévisageant avec compassion. De bonne humeur, elle les auraient tous térorisés, mais là, elle n'en avait pas le coeur, pas l'humeur. Elle s'éloigne de la ville, lentement. Elle a besoin d'y aller pour lui parler. Une larme finit par rouler sur sa joue et tomber sur le sol. Elle ferme les yeux, retenant le fleuve de larmes qui menacent de ruisseler. Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi? Ce seul mot qui résonne dans son esprit. Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi?
Ca faisait à présent quatre mois. Quatre mois qu'elle était partie. Quatre mois que son air ahuri, méfiant ou effrayé ne s'était pas montré. Quatre mois. Le monde n'était-il que de morts injustes? Il y en avait qui le méritaient, mais pas elle. Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi? De sang pur, de noble famille. Pourquoi? Elle était franche avec ceux qu'elle aimait et elle les protégeait. Elle était douce et rassurante aussi. Ca restait pourtant une meurtrière. Une meurtrière qui éliminait ceux qu'ils fallait éliminer. Alors pourquoi tuer une femme qui rendait propre le monde? Pourquoi elle? Il y en avait d'autres! Mais c'était elle que la mort avait choisie... Pourquoi...?
Arrivée au niveau du grand portail de fer forgé, elle laissa le fleuve couler, doucement, sans bruit. Quelques larmes tombaient sur la rose qu'elle tenait à la main et finissaient par perler le long d'un pétale pour s'écraser sur le sol tandis que d'autres humidifiaient ses vêtements. Elle ne cherchait pas à les arrêter. Elle voulait seulement qu'on ne la voie pas comme ça, que personne ne la trouve, que personne ne vienne. Le soleil avait disparu, de lui, ne restait que quelques nuages teintés de rouge et le ciel rose/jaunâtre.
Lisandra arriva devant sa tombe. La tombe de sa mère. Sa si chère mère qui l'avait abandonée depuis quatre mois. Quatre mois de mélancolie cachée. Quatre mois de souffrance tue. Quatre mois à peine. La mangemort aurait juré passer une éternitée. Elle s'était levée chaque jour en chassant ce mot de son esprit. "Pourquoi". Elle ne voulait plus jamais l'entendre. Plus jamais. Elle serra la rose noire dans sa main et resta debout, en larmes puis s'effondra devant la pierre de marbre gravée.... Pourquoi? Une fois qu'elle eut pleuré tout ce qu'elle pouvait, la jeune femme s'adossa à la tombe, ferma les yeux et commença à parler à la tombe de la défunte. Finalement elle s'endormit.... Le dernier mot qui résonnait dans son esprit, la toute dernière parole était la même... Pourquoi?

La lune était plaine et d'une blancheur jaunâtre cette nuit. Ce fut la première vision de Lisandra. Elle avait l'impression d'avoir loupé un épisode, comme si tout ce qu'il s'était passé il y a quatre mois ne s'était jamais produit. Dans sa main, elle sentit quelque chose de piquant. Lentement, elle souleva sa main dans laquelle elle tenait encore la rose. En un flash, les souvenirs douloureux lui revinrent. Elle se rappelait avoir pleuré tout ce qu'elle avait pu. Une question presque évidente lui vint à l'esprit: quelle heure était-il? Elle consulta sa montre. Minuit et quart. Puis lui vint à l'esprit une autre question: de quoi avait-elle l'air? Elle sortit son miroir de poche et regarda. Ses yeux n'étaient plus bouffis par les pleurs mais elle remarqua que son mascara avait bien coulé. Bof, il n'y avait personne. Après ce petit moment "d'insouciance" elle se remit à penser. Penser... C'était dur des fois d'être une fille de 20 ans. Prenez un gamin de huit ans, vous lui dites que sa maman est partie, il pleure un peu mais il ne se rend pas compte... Enfin, pas tout de suite. C'est dur la vie. Pourquoi vivre alors? Pourquoi? Ce "pourquoi", pourquoi était-il là? Pourquoi, pourquoi, pourquoi... Les questions essentielles sont toujours introduites par "Pourquoi"... Personne ne peut s'empêcher de le penser. Personne ne peut s'empêcher de le dire. Mais réellement, Pourquoi vivre si c'est pour vivre mélancoliquement chaque jour? Pourquoi vivre si c'est pour être triste? Pourquoi? Pourquoi naître si c'est pour souffrir puis mourrir? Pour la volontée sadique du seigneur? Non, Lisandra n'était pas croyante... Pourquoi le serait-elle? Pourquoi s'imaginent-ils qu'il y a quelqu'un là haut? Pour ésperer? Et Pourquoi esperer?
A cet instant, différentes émotions se bousculaient les unes et les autres: confusion, inutilité, impression de chaos, envie de mourrir... non, pas envie, ce n'était pas le juste mot... besoin de mourrir, plutot... Mais non. Pas la mort. Bien trop effrayant. Qui connait la mort? Personne. Alors Pourquoi affronter l'inconnu? Une dernière larme coula sur sa joue.
Un bruit derrière elle lui informa qu'elle n'était pas seule. Elle s'en fichait... Eperduement. Pourtant, elle se surprit à lancer d'une voix un peu cassée et plus aigüe que la normale:

Lisandra: « Bonsoir...»

Après reflexion, elle savait pourquoi elle avait dit ca: Pour bien faire comprendre à la personne qu'elle l'avait remarquée. Et puis, la politesse aussi. Elle se retourna et plissa les yeux pour ne pas être trop éblouie par la lune qui éclairait son visage noircit de mascara encore humide. Elle déduit, grâce à la carrure de la personne qui se découpait vaguement dans l'obscurité que c'était un homme. Sa silhouette lui était étrangement familière. Elle essaya de détailler ses traîts avec précision. Elle le reconnu soudain. Nathan Patterson. Elle voulu de suite s'enterrer à dix pieds sous terre. Pourquoi lui? Pourquoi lui la voyait comme ca? Pourquoi? Elle détourna la tête. Elle la leva vers la lune et répéta, toujours de la même voix brisée:

Lisandra: « Bonsoir, Nathan.»

Elle se frotta un peu le visage en dessous des yeux, tachant d'enlever le mascara. Elle regarda ses doigts à la lueur de la lune... Elle avait dû transférer la noirceur du haut de sa joue sur ses doigts. Elle sortit sa baguette et élimina toutes traces de noirceur d'un petit mouvement. Elle avait surement une meilleure mine. Mais après tout, elle s'en fichait. Quoique non... Si Nathan rapportait tout à ses trois soeurs, elle serait légèrement ennuyée. Surtout pour Jade qui l'aurait engueulée, lui disant qu'elle aurait dû lui en parler que ca aurait évité qu'elle fonde en larmes... Personne n'avait jamais vu Lisandra pleurer... Sauf Pantoufle. Et voilà que Monsieur Nathan Patterson se ramenait pile poil au moment où elle avait besoin d'être seule. Mais non. Il ne fallait pas qu'elle soit seule. Sinon elle aurait continué à pleurer. En fait, il tombait bien... Et mal. Très contradictoire tout ca. Lisandra se rendit compte, que de Nathan, elle ne savait casiment rien. A part son nom et son lien familial avec Jade Lindsay et Katy... Et aussi qu'il était mangemort. Elle savait à peu près à quoi il ressemblait mais sans plus. Elle ne l'avait jamais vraiment détaillé avec précision, en fait. Disons, qu'elle savait assez à quoi il ressemblait pour pouvoir lui dire bnjour si elle le croisait dans la rue. D'ailleurs il était plutôt bien foutu, d'après ce qu'elle avait retenu... Bof... Elle s'en fichait complètement... quoique non... Juste un peu... nan, même pas, elle s'en fichait pas... Pourquoi je dis ca? Parce qu'elle était en train d'essayer de le détailler discrètement ><. Il avait des cheveux bruns et surement des yeux marrons... Impossible de distinguer nettement sans paraître impolie, à cause de l'obscurité... Ou plutôt, à cause du contre-jour... Ou contre nuit, si ca se dit >< Par contre, Lisandra on pouvait voir ses yeux, ses cheveux, sa silouhette puisqu'elle était en plein dans la lumière du satélite de la Terre... Bref, elle resta assise et s'adossa à la tombe de sa mère, essayant de cacher sa peine, levant la rose dans sa main et la regardant pensivement avant de la déposer à côté d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Patterson
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Sam 17 Jan - 23:43

Il commençait à se faire tard, Katy et moi on était encore scotchés devant la télé tous les deux hier soir. On aime bien faire ça, moi j'aime bien parce que ma petite soeur elle aime bien poser sa tête sur mon beau torse musclé. Elle s'endort souvent sur moi, et j'aime bien. Elle est mignonne comme ça, j'comprends pas pourquoi notre père il ne l'aimait pas. D'ailleurs, il n'a jamais su qu'il avait un fils. C'est peut-être un peu à cause de moi que Katy s'est faite maltraiter pendant si longtemps. J'me sens responsable quelque part des actes de mon père. Je sais que ce n'est pas de ma faute directement, mais ça l'est indirectement. Si j'étais pas né je sais que ça aurait été pareil, mais si mon père avait connu mon existence il n'aurait peut-être pas tappé Katy, il ne l'aurait peut-être pas battue. Enfin ça, on ne le saura jamais. Peut-être qu'il l'aurait fait quand même... Je m'en veux trop de ne pas être intervenu alors qu'à distance je voyais ce qu'ils faisaient à ma soeur, a mon adorable petite soeur. C'était un bel enfant, déjà à la naissance. J'avais vu des photos d'elle, elle est vraiment magnifique cette fille. Même maintenant. Hier soir, quand on regardait la télé ensemble, elle elle était passionnée par le film, moi j'étais fasciné par elle. Je me vois comme son père, je l'aime plus qu'un frère ne pourrait aimer sa soeur. Jade c'est pareil, mais pas aussi intense, elle elle est plus distante avec les gens. Oui je l'aime, autant certes. Mais elle n'est pas aussi proche de moi que l'est Katy, on ne fait pas autant de choses Jade et moi que je n'en fais avec Katy. En tout cas, ça je ne sais pas pourquoi. D'accord, avec Jade on fait notre chasse du dimanche, je fais mon travail de mangemort avec elle. Mais je passe plus de temps en la compagnie de Katy en dehors de ces petites sorties obligatoires. Avec Katy je vais au Restaurant, je passes mes soirées en sa compagnie, je l'ai même déjà emmenée avec moi dans un Bowling moldu. Et j'ai enchanté toutes ses boules pour qu'elles fassent des... Comment que ça s'appelle ? Ah les trucks de moldus, Struke ? Nan c'est pas ça. Stroke ? Nan pas ça non plus. Strike ? Ouais j'crois c'est ça é_è. En tout cas, je me suis fait écraser comme un nul. Yavait des gens qui se moquaient de moi, mais après un petit regard noir ils sont tous devenus tous blancs. C'est marrant de voir ça, parce que les gens ne savent pas ce que t'es, mais avec le respect que tu inspire ils ont peur de toi. En tout cas moi les gens je leur fais peur parfois. Et voilà que depuis que je suis réveillé je pense à hier soir. Et depuis que je suis réveillé je penses à mes soeurs, et au passé. A croire que j'suis un gros dépressif W_w. Nan nan, j'suis pas Nostalgique. J'aime juste me remémorer des moments déjà passés. Bref il est franchement temps que je me réveilles. Je jettes un coup d'oeil sur le réveil, c'est bon, il n'est que sept heures, les deux filles doivent dormir encore, j'ai tout le temps pour leur préparer un petit déjeuner. J'aime bien faire ça, prendre soin d'elles, leur montrer de mille et une façon que je les aime. Elles le savent déjà, que je les aime. Mais j'aime leur faire le petit déjeuner, parce que je sais que le matin elles sont difficiles. J'suis motivé ce matin. Je me lèves, mets une chemise et un Jean. J'ai mis ma chemise préférée aujourd'hui, j'dois avouer, elle est belle ! Bref, j'suis debout, j'me coiffe d'un coup de baguette et me dirige vers la cuisine. Après avoir mangé une tartine et un oeuf au bacon, je files me brosser les dents. Voilà, j'ai bonne haleine maintenant. Je retournes dans la cuisine, la plaque est encore chaude, d'un coup de baguette j'actionne tout mon bordel. Les oeufs se mettent dans l'eau tous seuls, les tartines se beurrent toutes seules, le nutella se tartine tout seul sur le pain. Bref tout s'est actionné d'un coup de baguette. ça va bien plus vite comme ça. Les filles sont réveillées, il est dix heures. Et à dix heures elles se réveillent. Du moins, Jimmi et Jade se réveillent à dix heures. D'un coup de baguette tout se met sur un plateau, enfin, sur trois plateaux. Je fais avances les plateaux devant moi, entre dans la chambre de Jimmie et de Jade, ouvre les rideaux d'un coup de baguette et leur envoie leur plateau petit-dej' à la Nathan. Je resors de la chambre, entre dans celle de Katy, ouvre les volets, m'assoeids sur le lit et lui tends son plateau en mains propres, elle me sourit, elle vient de se réveiller. Une fois qu'elle a fini son déjeuner, je files faire ma petite chasse du matin, ma chasse aux moldus. J'en ai choppé plein ! J'suis trop au top de ma forme. Ils en ont bavé. Bref, après m'est venu l'envie d'aller au cimetière. Pas une envie comme une envie d'avoir quelque chose d'autre. Enfin, bref je me comprends. J'ai envie d'aller au cimetière rendre hommage à mon père, le remercier d'avoir fait d'aussi belles filles. Le remercier de m'avoir fait des soeurs. Et d'un autre côté j'ai envie de lui botter les fesses. Parce qu'il maltraitait Katy. Bref, à peine arrivée au cimetière j'ai vu qu'il y avait quelqu'un. Merde ! J'peux jamais exprimer mes sentiments seul. Bref, c'est une fille, elle me dit bonsoir. Après elle lève les yeux, je la reconnais grâce à la lune. C'est Lisandra, elle passe à la maison des fois... Elle dit mon prénom, merde j'peux plus la laisser. Bref, je m'approche d'elle, lui prend la main, et lui fait un câlin. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai envie de la serrer contre moi, je me sens attiré par elle tout à coup. Qu'est ce qui m'arrive à moi en ce moment ? Bref, cette fille est magnifique, je l'ai remarquée souvent. Et j'avoue que... Je l'ai mattée.

Nathan: « Je suis là...»

Je ne sais pas pourquoi j'ai dit ça, et la façon dont je l'ai dite, j'ai l'air romantique comme ça, je le suis parfois, mais qu'avec les gens que j'aime. J'suis un mec bien, même si toutes les filles qui m'aimaient je leur ai brisé le coeur. J'ai pas envie d'être un connard, mais je ressens l'obligation de tromper toutes les filles avec lesquels j'sors... Enfin bref, après j'dis ça j'dis rien. Mais ça m'énerve, il faut encore que je grandisse dans ma tête, j'ai déjà vingt-six ans mais je suis encore un gros bébé, je n'ai rien à la place du cerveau j'ai tout dans le boxer. Et c'est sûrement ça que les filles aiment chez moi. Enfin, apparemment les filles aiment les bad boy, et moi j'en suis un. Enfin, ça laisse à croire, j'suis un salaud, un sale type. Et la, sous la lune, j'ai décidé de changer. Devant la tombe de mes parents, et la tombe de la personne que Lisandra est venue voir. Je la regarde à nouveau dans les yeux, et lui essuie ses larmes. Elle n'est pas belle quand elle pleure, enfin, si.. Elle est belle tout le temps, mais elle l'est un tout petit peu moins quand elle pleure. Je n'aime pas voir les filles pleurer, ça me fait mal. J'ai jamais aimé ça, avant, quand ma mère me montrait des photos de Katy et Jade, avant que je ne les connaisse, Jade avait toujours un air démoniaque, et Katy pleurait. Des fois je les observais, de loin, de l'autre côté de la rue, ou caché dans un arbre. Je les ai toujours vues, et porté dans mon coeur. Franchement, je les aime mes soeurs. A chaque fois, Katy pleurait. Ses yeux sont restés bleus, après toutes les larmes qu'elle a versées, on aurait pû croire que ses yeux auraient perdu leur bleu. Mais non, ils sont encore bleus, très bleus. Mais ils sont magnifiques. Tout comme le reste de ce qu'elle est. Jade aussi est belle. Mais là, ce soir -Enfin on peut dire cette nuit- Je me sens attiré par Lisandra... Elle m'a jetté un sort ou quoi ? En tout cas, j'aime bien se sentiment. Je lui dépose un baiser sur le front, et lui jette un regard interrogateur. Je me demande pourquoi elle pleure, je ne l'ai jamais vue pleurer, j'ai entendu qu'elle était une du Quatuor infernal de Poudlard avant, qu'elle faisait la misère aux autres élèves, que c'était une sadique. Même en tant que mangemorte elle est horrible, mais de la voir pleurer, ça m'attriste.


Dernière édition par Nathan Patterson le Dim 18 Jan - 22:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisandra Arandi
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Féminin Nombre de messages : 186
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Dim 18 Jan - 13:19

Elle réussit finalement à examiner ses traits avec précison. Contrairement à ce qu'elle avait pensé, il n'avait non pas les yeux marrons. Ils étaient bleu, et, comme dans son souvenir, il était très bien foutu. Elle le regardait d'un air effrayé, boulversé et triste, admirant au passage son magnifique visage. Il s'approcha d'elle, s'empara de sa main et la prit dans ses bras pour lui faire un câlin... Il déposa aussi un baiser sur son front mais ca ne changeait rien: Lisandra était choquée: Elle ne réagissait pas. D'ordinaire, elle aurait envoyé balader le premier qui s'approchait d'elle. Là, elle n'avait rien demandé rien fait.... Pourquoi? Merde! Encore ce mot à la con! Elle ne voulait plus l'entendre. Comme pour essayer de devenir sourde, de ne plus l'entendre dans ses pensées, elle lacha la main de Nathan -à contre coeur- et se boucha les oreilles en secouant la tête et chuchota pour elle même:

Lisandra:
« Non... Plus ce mot... Ca suffit...»

Elle luttait contre les larmes. Larmes de rage, tristesse et confusion... Qui finirent par tremper la chemise de Nathan en silence. Elle n'en pouvait plus, elle en avait marre. Les yeux humides elle leva la tête vers Nathan et le regarda d'un air désespéré et interogateur. Que venait-il faire ici? Pourquoi était-il là, avec elle, en train de la soutenir? Pourquoi ne la méprisait-il pas? Pourquoi, pourquoi, pourquoi. Elle avait toujours ses mains plaquées sur ses oreilles elle ferma les yeux et murmura de nouveau pour elle même:

Lisandra:
« Non... Stop...»

Elle continua de pleurer et cette fois détacha ses mains de ses oreilles et entoura ses bras autour de Nathan en continuant à sangloter sur son épaule. Bizarrement, elle avait besoin de lui. Elle ne voulait pas qu'il parte. Elle ne voulait pas qu'il l'abandonne. Elle voulait qu'il reste avec elle. Elle le lacha au bout d'une ou deux minutes qui paraissèrent s'éterniser et s'écrta doucement pour mieux se clamer. Elle respira profondemment plusieurs fois et le regarda. Ses traits parfaitement déssinés avaient un air inquiet... ou autre chose peut être... Bof, pas grave. Une fois un peu calmée elle murmura d'une voix tremblante:

Lisandra:
« Merci...»

Elle lui était reconnaissante. Sans lui, elle n'aurait surement jamais pu s'arrêter. Pas pour cette nuit en tout cas. C'était au moins ça. Elle plongea son regard dans le sien et eut la soudaine envie de ne plus partir, de rester là avec lui, de savoir tout sur lui. Elle déglutit difficilement, incapable de détourner le regard. Il avait de si beaux yeux... Même si c'était dans le noir. Il devait être encore plus parfait à la lumière du jour. Pourquoi ne l'avait-elle pas remarqué avant? Question évidente, et pourtant... Bon si, elle l'avait remarqué, elle lui avait juste dit bonjour une ou deux fois lorsqu'elle avait été de passage au manoir des Patterson. Ses conversations avec Jade avait dûes être vraiment passionantes pour qu'elle l'ignore. Elle réussit à se détacher de ses yeux. Ca lui permettrait de reprendre ses esprits. Lui, semblait la regarder encore... Ou n'était-ce qu'une pure illusion? Lisandra regardait à présent la lune et les étoiles, pensive. Elle était là haut, elle la surveillait. Une larme qu'elle ne put retenir roula sur sa joue, la dernière. Elle eut un pauvre sourire et se retourna vers Nathan. Si la tristesse était partie, maintenant Lisandra ne savait plus ce qu'elle éprouvait... De l'attirance avec un autre truc bizarre... Elle ne savait pas trop. *Bof, c'est surement pas très important...* Et pourtant, et pourtant... Bref, Lisandra avait presqu'oublié qu'elle était sur la tombe de sa mère dans le cimetière. Bref, après cet interminable moment qui n'avait duré qu'une poignée de quelques secondes, elle reprit, brisant le silence nocturne d'une voix douce et calme que personne ne lui connaissait:

Lisandra:
« Nathan, je n'oublierai jamais... Jamais. Merci encore.»

Elle était certaine d'avoir dit quelque chose d'absurde. Elle ordonna à son cerveau d'ordonner à ses jambes de se mouvoir pour partir loin... Trèèèèès loin.... Malheureusement.... Sans succès. *Allez! On se dépèche! Plus vite que ça!* Elle bougea sa jambe et se leva. Mais ça s'arrêta là. Au lieu de s'en aller, elle passa une main sur sa robe de sorcier et tendit cette même main à Nathan pour l'aider à se relever. *Mais quelle cruche! Mais quelle cruche...! Pourquoi je fais ça là? Ah ouais... Politesse.* Mais non, ce n'était pas de la politesse, c'était tout autre chose. Une chose qu'elle ne connaissait pas: l'amour. Elle était incapable de s'en aller, de partir loin de Lui. Elle ne pouvait plus, c'était trop tard. En quelques fractions de secondes, elle le comprit. Une partie d'elle même était exaspérée et dans la totale incompréhension. Elle ne tarderait pas à comprendre quel était le nom de ce sentiment si étranger à son vocabulaire.


HRP: bouuuuh c'est nuuul ><


Dernière édition par Lisandra Arandi le Mar 27 Jan - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Patterson
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Dim 18 Jan - 23:29

Je ne comprends pas, elle est bizarre, elle chuchote des choses... Je me rappelles de la dernière fois que j'ai du consoler une fille qui pleurait. Cela remonte à longtemps, mais je m'en rappelles encore parfaitement. C'était l'époque pendant laquelle j'étais à Poudlard. Je devais être en sixième ou septième année... Je m'en rappelles comme si c'était hier. C'était ma meilleure amie, enfin, je lui disais qu'elle l'était, tout ce que je voulais c'était passer une nuit avec elle à l'époque. Mais ça je ne lui l'ai jamais dit. Surtout pas après ce qu'elle m'a dit...

#FLASHBACK#

Je marches, dans les couloirs, tête haute, comme devrait être un préfet en chef de Serpentard, septième année. Je ne sais pas pourquoi j'suis là en tout cas, j'ai la classe comme d'habitude, on approches de l'été, c'est le mois de Juin. Il fait horriblement chaud. J'ai mis un Jean et une chemise, ma chemise est ouverte, dévoilant mon corps de rêve -Non non, je ne me vantes pas- toutes les filles que je croise me suivent du regard. J'aime bien ça moi, attirer l'attention des filles. De toutes façon, la moitié des filles qui me regardent sont déjà sorties avec moi, les trois quarts m'aiment encore, et un quart de ces filles me déteste, pourquoi ? Parce que je les ai trompées. Et après il y a les petites, les petites fillettes de onze ans, de première année. Elles me regardent elles aussi. Et discrètes comme elles sont, elles se mettent à rire, entre amies. Elles sont parfois très ennuyantes ces filles là. Des gamines, elles ne valent même pas un regard venant de moi, pas même un sourire. Ces gamines là se murmurent des choses à l'oreille en me regardant en souriant. C'est l'horreur, ça m'énerve. Je sais que je suis beau mais c'est pas une raison... Après il y a aussi les filles timides, plus je marches près d'eux, plus elles rougissent. Elles regardent leurs pieds en marchant, une fois de temps en temps elles lèvent le regard vers moi, pour voir si je les regardes. Si je les regardes elle me font un sourire et accélèrent le pas. Bref, ça me saoule ça. Après il y a les filles que je connais, celles auxquelles j'ai fait des avances. Celles là elles me sourient et disent très fort à leurs copines "T'AS VU IL M'A REGARDEE ?!" . Bref, celles là elles n'ont pas de cerveau, heureusement qu'elles ont le physique pour se rattrapper. Je sais, je suis méchant, mais c'est comme ça. Elles sont sacrément connes. Et elles m'énervent en plus. De toute façon, moi je ne penses qu'à une chose à propos des filles. Elles le savent presque toutes, mais elles réussissent quand même à tomber amoureuses de moi, j'me demandes sérieusement comment elles font pour être aussi connes. J'ai trompé toutes les filles de Poudlard qui sont sorties avec moi, il m'est arrivé de sortir avec une dizaine de filles en même temps, je les ai toutes invitées à la même heure au même endroit. Elles étaient toutes là à glandouiller en m'attendant, et quand je suis entré dans la pièce, je leur ai dit que je les plaquais toutes, et j'ai tourné les talons. Ma meilleure amie, Mary, elle arrive, j'la vois au bout du couloir. Oh que j'ai envie de l'avoir au lit celle là... Plus elle s'approche, moins je souris. Elle a pris un coup de laid.. Comment j'vais faire moi ? Elle pleure ! Oh non, pitié non. Elle s'approche de moi, en pleurant, et se jette dans mes bras. Tout le monde nous regarde... J'essuie ses larmes et lui demandes ce qu'il y a. Elle me dit qu'Andrew, son petit ami l'a trompée. J'ai envie de rire, moi aussi j'trompe tout le monde, et je connais bien Andrew. On a eu les mêmes petites amies, et on les as toutes trompées. Ce qui augmente le malheur de ces filles. En tout cas, nous, ça nous fait bien marrer de faire ça. Mais Mary au fond j'laime bien, j'ai jamais attendu une fille aussi longtemps. Et j'me sens un peu mal à l'aise, parce que c'est moi qui ai présenté une fille à Andrew... Et je savais déjà avant elle qu'il l'avait fait... Bref, au bout d'un moment elle me sort que je suis le seul qui la comprend, et le seul qui lui reste. Et bein ça c'est Stressant, parce que j'suis un gros connard. J'tiens pas à elle j'veux juste l'avoir au lit...
#FIN DU FLASHBACK#


J'ai vraiment l'impression d'être un gros connard. Et j'ai envie de changer ça. Je fais du mal à toutes les filles que je connais, à toutes, sauf une exception, mes soeurs. Même si je n'ai jamais rencontré ma troisième soeur... Lindsay. Je sais que c'était une amie à Lisandra, et qu'elle faisait elle aussi partie du Quatuor. Je ne l'ai jamais encore vue, et j'ai trop envie de la rencontrer, d'apprendre à la connaître. Je veux tout savoir à propos d'elle. Mais en ce moment, j'préfères m'occuper de Lisandra. Je veux la connaître encore plus. Je suis même prêt à tout quitter pour elle. Est-ce de l'amour? Je n'en sais rien. C'est bizarre dans ma tête. Dans ma tête ça n'a jamais tourné rond de toute façon. Mais au moins là, c'est compréhensible. Mes idées se mélangent. Tout tourne dans tous les sens, tout me passe par la tête. Je me demandes de quoi qu'il s'agit dans ma tête, je veux savoir ce qu'elle pense de moi. Je veux savoir si plus tard, s'il y a un moyen qu'elle et moi on soie ensemble, qu'elle vienne au Manoir Patterson, vivre avec moi et les filles. Je veux déjà batir ma vie avec elle. J'en ai marre, je sais pas quoi faire, dans ma tête il n'y a plus rien qui va. Je me demande, si ça fait longtemps, que je ressens des choses comme ça pour des filles. Je suis con au fond, et j'ai pas envie qu'elle m'aime Lisandra, parce que j'suis un enfoiré é_è. J'ai pas envie de lui faire du mal, j'ai plus envie de faire de mal, je ne veux plus faire de mal à aucune fille. J'en ai fait souffrir assez, des filles. Je les ai toutes trompées mes copines, et là j'en ai marre d'être comme ça. Je ne veux plus, j'en ai marre. Pourquoi j'suis comme ça ? Pourquoi je ne suis pas normal ? Pourquoi je suis un enfoiré ? Pourquoi je me poses tant de questions ? Pourquoi j'suis comme ça ? J'en ai marre, j'en ai marre ! J'en ai vraiment marre d'être comme ça. Je n'en peux plus, je veux changer, je me sens capable de changer. Et je sais que je serais apte à changer pour Lisandra. C'est vrai ? J'suis vraiment prêt ? J'espère en tout cas, je veux être à la hauteur, j'veux être heureux, j'veux changer.

Nathan: « Qu'est ce qu'il se passe ? Pourquoi es-tu comme ça ? Je peux t'aider ? ... »

Je veux l'aider ! Je n'ai pas souvent eu l'occasion d'aider quelqu'un, mais elle là, j'ai envie de l'aider. L'occasion s'est présentée, peut-être dois-je maintenant changer, mais vraiment tout changer. Je veux... Passer de l'Ouest à l'Est, du Nord au Sud. Je veux tout changer, de ma tête à mes pieds. Enfin, surtout de l'intérieur, vu que l'extérieur n'est franchement pas mal, sans me vanter bien sûr. Faut l'avouer, j'ai toujours eu du succès. Je ne l'ai pas toujours cherché non, mais quand je cherchais, je trouvais. Je me rappelles d'une fille, ça faisait des années qu'elle était amoureuse de moi, à mon époque à Poudlard. Mais elle n'a jamais osé me le dire. Pourquoi ? Parce que tout le monde savait que j'étais un gros enculé. Avec tout le monde. Maintenant j'ai commencé à changer, il y a certaines personnes auxquelles je tiens. J'ai même les capacités de dires quelles sont ces personnes... Il y a Katy, ma petite soeur. Elle, elle est tout pour moi. C'est ma vie. Jade, c'est pareil, sans elle et sans Katy je ne suis rien. Et après, il y a Jimmi. Je l'aime bien ce mec, même si parfois il est un peu bizarre... Bref, j'suis bien obligé de le supporter, alors même si je l'aimais pas ça changerait rien. Et maintenant il y a Lisandra, c'est une si bonne amie de Jade, et de Lindsay, ma troisième soeur, celle du milieu... Celle que je ne connais pas. Lisandra est leur amie, je l'aime déjà pour ça. Parce que j'aime par définition tous ceux qui aiment mes soeurs. En parlant de mes soeurs, j'aimerais vraiment connaître Lindsay, et son copain, qui selon moi s'appelle Aaron. J'ai entendu beaucoup de choses à propos d'eux. Lindsay l'aurait rencontré dans des cuisines. J'ai entendu parler du Quatuor aussi, composé de Jade, Lindsay, Lisandra et Lynn. Lynn je ne l'ai jamais rencontrée, apparemment elle serait partie il y a longtemps déjà, qu'elle avait quitté le Quatuor. En tout cas, je suis bien au courant du passé de mes soeurs, donc aussi un peu de celui de Lisandra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisandra Arandi
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Féminin Nombre de messages : 186
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Ven 23 Jan - 21:53


Lisandra le regardait dans les yeux. Elle restait là, debout, à le contempler, bêtement. Sa main tendue vers lui retomba finalement, d'un mouvement lent, le long de son corps. Elle allait ouvrir la bouche mais il la devança:


Nathan: « Qu'est ce qu'il se passe ? Pourquoi es-tu comme ça ? Je peux t'aider ? ... »

Sa voix... Ses yeux... Son regard... Son visage... Pourquoi? Elle n'en pouvait plus. Fatiguée de toutes ces questions qui fusaient et se bousculaient dans son esprit. Marre de penser. Marre d'en avoir marre. Elle tenta de réfléchir à une réponse possible. * " Ca ne te regarde pas, à ce que je sache?" Ouais c'est bien ça... quoique... Si, c'est bien.* Elle prit une inspiration:


Lisandra: « Ca... »

Bloquée. Elle était incapable de continuer. Incapable de lui parler comme ça. Incapable de lui parler sur ce ton. *Allez! On se bouge! Plus vite que ça!* Elle se gifla interrieurement. Il fallait qu'elle dise cette phrase. Comme ça, elle pourrait s'en aller et s'assomer de cachets pour pouvoir dormir, pour pouvoir l'oublier.

Lisandra: « C'est que... »

*NON! Dis ce que tu veux mais pas ça! Allez espèce de bouche obéit! Ou sinon, ferme la... Ca sera toujours mieux* Malheureusement, sa conscience "Lisandra-la-peste" était réduite au silence. Elle était la voix de M. Binns en cours d'histoire de la magie: Personne ne l'écoutait, c'est limite si on l'entends. De toute façon, elle était incapable de lui mentir. Une grande première! C'était boulversant. Lisandra Arandi, une des meilleures menteuses au monde avait perdu tout ses moyens devant qui? Devant Nathan Patterson... Il n'y avait pourtant pas de quoi perdre tout ses moyens... Enfin... si... *Mais non bordel! Ressaisis-toi!* Elle ouvrit la bouche et s'entendit dire:

Lisandra: « Ca fait quatre mois qu'elle est partie... Quatre mois aujourd'hui. J'y repensais et... Voilà. Si tu ne vois pas qui c'est, regarde le nom sur la tombe... Mais tu dois être au courrant, je pense. »

*Bon... Ce qui est fait est fait.* Ce nom... Le nom de la personne qui avait été une des plus chères pour Lisandra: Sa mère. Pourquoi? Les larmes menaçaient de tremper de nouveau ses joues... Pourquoi? C'est con de pleurer. Mais cette fois, elle se retint. A la place de la tristesse elle opta pour une sorte de rage. Elle secoua la tête d'un geste violent et brusque en déclarant d'une voix dégoutée, dégoutée d'elle même:

Lisandra: « J'suis qu'une imbécile. Une imbécile finie et émotive. J'suis pas digne de te parler, même pas de te regarder. Pourquoi t'es encore là? J'suis qu'une sale gamine qui chiale pour un rien. Pourquoi? Pourquoi toi tu m'as vue comme ça? Pourquoi t'as pas passé ton chemin? Pourquoi? »

Elle avait finit d'un ton énervé. Enervé contre elle-même. Elle ne voulait pas qu'il la prenne pour une faible. Elle ne voulait pas qu'il s'imagine qu'elle n'était qu'une bonne à rien sinon à se jetter dans les bras du premier venu pour lui tremper sa chemise. Pourquoi s'était-elle laissée aller? Pourquoi? Pourquoi devant Lui? A la limite, ç'aurait été quelqu'un d'autre, genre Jimmi, elle l'aurait envoyé dans les choux... Quoique non. Elle n'aurait pas voulu avoir d'embrouilles avec Jade... Donc en fait, heureusement qu'elle était pas tombée sur Jimmi >< Mais c'était pas une raison pour tomber sur Lui. Là, elle se trouvait privée de ses atouts de menteuse professionnelle, elle était incapable de le détester, de le menacer, de faire quoi que ce soit, et ça l'agaçait. Beaucoup, même. Ce n'était pas Lui qui l'agaçait. C'était elle-même qui s'agaçait. Ses réactions incompréhensibles, ses actes irréfléchis... Tout quoi >< Elle s'auto-agaçait et c'était franchement très... Agaçant >< Au final on arrivait à une phrase a peu près comme ça: Ce n'était pas Nathan qui agaçait Lisandra, elle s'agaçait elle même et ses gestes l'agaçaient aussi ce qui était franchement agaçant de s'auto-agacer.... Waw >< Breffons. Elle ferma les yeux, ordonnant à sa conscience de se taire. Elle en avait marre de réfléchir. Elle attendait que Nathan dise ou fasse quelque chose et se jura de partir si il ne disait/faisait rien. Elle attendit deux secondes qui lui semblèrent s'éterniser. Elle avait perdu la notion du temps. Elle déclara à contre coeur:


Lisandra: « Bon... C'est pas qu'on se gèle... mais si en fait. Aurevoir, Nathan.»

Elle lui adressa un dernier regard, esperant ne plus jamais le revoir... et en même temps de le revoir au plus tôt. Elle ne voulait pas partir. Mais elle s'était jurée. Elle tenait ses promesses. Elle avait encore son sens de l'honneur, mine de rien. Elle marcha d'un pas lent vers les grilles de fer forgé. Elle ne pouvait plus faire demi-tour maintenant. Les grilles se rapprochaient. A leur niveau, elle posa une main sur la poignée de métal froid et s'arrêta. Elle prit alors conscience de quelque chose: elle était lâche. Lâche devant qui? Personne. On devrait dire plutôt lâche devant QUOI? Ce n'était pas dans ses habitudes de fuir le danger. Mais pourquoi maintenant? Que fuyait-elle? Pourquoi? En fait, elle le savait très bien. Elle fuyait cette émotion particulière. Elle le fuyait pour ne plus dire une autre de ces sottises. Elle déglutit difficilement, se faisant violence pour ne pas se retourner. Elle tourne la poignée... Les grilles sont fermées. Elle plongea sa main dans sa poche à la recherche de sa baguette... Elle n'y était pas. Elle chercha partout mais elle ne la trouva nulle part... Elle repensa à tout ce qu'elle avait fait.... Quand elle s'en était servie, c'était pour enlever son mascara qui avait dégouliné... *Merde.* Elle était encore sur la tombe. Elle ne pouvait pas faire demi-tour: il y avait Nathan. Mais en même temps, elle ne pouvait pas sortir sans baguette: Les grilles étaient fermées... Un espoir lui restait: sa baguette de rechange en cas d'extrême urgence. Elle chercha dans la dernière poche qui lui restait... L'espoir s'envola aussi vite qu'il était apparu. Elle ferma les yeux et soupira. Elle fit demi tour, toujours d'une démarche lente, d'une part préssée de le revoir et d'une autre pas du tout. Qu'allait elle dire? "Hihi j'suis bête, j'ai oublié ma baguette!"? Nan ca l'fait pas... Pas du tout même ><. Elle opta pour ne rien dire, laisser faire. Elle arriva devant la tombe et se pencha pour ramasser sa baguette, fuyant les yeux de Nathan.

[HRP: C'est pourri ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Patterson
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Sam 24 Jan - 14:47

Je ne sais pas ce qu'il lui arrive, jamais personne ne m'a regardé comme ça, jamais personne n'a eu autant de mal à me dire quelque chose. Je suppose qu'il doit y avoir quelque chose d'assez grave qui se passe dans sa tête, et dans son cœur. Enfin bon, on dit toujours que c'est dans le cœur qu'on pense toujours aux gens, mais le cœur il n'a rien de spécial, ce n'est qu'un muscle comme les autres, il n'a rien de particulier. En fait le cœur, il ressemble à une pompe. Une pompe qui sert à mettre de l'air dans les pneus de vélo. Il n'y a rien qui puisse contenir des sentiments dans un cœur, les ventricules et les oreillettes ne véhiculent que du sang. En fait c'est trop bête les humains, quand ils sont amoureux ils disent « Je t'aime de tout mon cœur » mais le cœur n'a rien à voir là dedans é_è. J'me demande c'est qui le con qui a dit cette phrase en premier. Ouais j'avoue que quand même, dire « je t'aime de toute ma tête » ça fait pas très très mignon. C'est même plutôt con à dire. Moi j'ai aucun problème, je ne dis pas cette phrase tout court. Même « je t'aime » je ne le dis à personne. A croire que les gens n'ont pas besoin de l'entendre pour le savoir. Bref de toute façon même s’ils ont envie de l’entendre je ne leur dirais pas. Z’ont qu’à le savoir comme ça hein ! Bref, c’est franchement saoulant les filles qui sortent toujours « Dis tu m’aimes ? ? »… Moi je ne répond même pas à ces questions idiotes. D’ailleurs la première qui me l’a demandé je lui ai dit non. La pauvre elle s’est mise à pleurer… On en croirait presque que les filles sont masochistes. Vu qu’elles continuent à le demander à leur mec. Après c’est pas mon problème mais bon, si je peux conseiller quelque chose aux filles, je leur conseillerait de ne surtout pas demander ça à un mec, surtout pas à moi, il m’arrive d’être vraiment méchant. Aujourd’hui je ne suis pas méchant, je suis venu pour une certaine raison, même si à coup sûr je ne pourrais même pas faire ce que je comptais faire. Je le sais déjà maintenant, que je ne regarderais même pas la tombe de mon père. J’aurais tant aimé être aussi le fils de Jane, mais bon. C’est trop tard maintenant. Je suis tout de même content que ma mère ne ce soie pas protégée avec John, sinon je ne serais jamais né et je n’aurais pas eu d’aussi merveilleuses sœurs. Breffons, Lisandra essaie encore de dire quelque chose, il doit vraiment y avoir quelque chose... Je la regarde, l’air interrogateur. Je me demande si elle va finir par me dire quelque chose où si elle va encore bégayer comme ça… Je ne me moques pas d’elle, au contraire, c’est même mignon de la voir comme ça. Elle est vulnérable ce soir. Je remercies le ciel d’être venu ce soir. Si un de ses ennemis s’était pointé devant elle ce soir elle aurait pû être morte. Pourquoi ? Parce qu’elle est trop vulnérable, je le vois dans ses yeux, elle essaie de se montrer forte, de ne pas dévoiler la moindre faille. Mais c’est impossible en face de moi apparemment. Au bout d’un moment elle parvient à me le dire… Je jettes un coup d’œil sur la tombe et parviens à lire le nom Arandi, c’est sa mère apparemment… Que quatre mois ? ! La pauvre… Je la comprends, perdre un être cher c’est horrible, moi je me rappelles qu’un jour ma meilleure amie est morte, quand j’étais à l’école primaire moldue. Elle avait eu un cancer, le cancer des os à même pas huit ans. C’est horrible la mort. Moi en tout cas je trouves ça horrible, et triste aussi. C’est pas normal ça, les gens qu’on veut garder auprès de nous partent toujours au mauvais moment. C’est pour ça que moi j’en prends soin des gens que j’aime, je reste auprès d’eux, m’occupe d’eux et me montre protecteur. Parfois même un peu trop protecteur mais je suis comme ça et je ne changerais pour rien au monde. Il faut que je rassures Lisandra, il faut que je trouves quelque chose à lui dire… Mais je n’ai même pas le temps de lui dire quoi que ce soie qu’elle se met déjà à reparler. Je ne comprends pas, elle se traite d’imbécile, n’être pas digne de me parler ? Depuis quand il faut être digne pour me parler ? Et si l’un de nous deux est digne de l’autre c’est bien Lisandra ! Moi je suis qu’un imbécile fini. Un gros chieur. Je suis bête et crétin. Elle ne chiale pas pour rien, elle pleure pour une bonne cause, je n’aime pas voir les gens comme ça, quand c’est des inconnus j’en ai trop rien à foutre. Mais quand ce sont des gens qui me sont chers j’essaie tout pour les aider. Au bout d’à peine deux secondes, avant même que je n’aie pû ouvrir la bouche, elle me dit qu’elle a froid et qu’elle s’en va… Elle me dit au revoir. C’est pas normal. Et je n’ai vraiment pas envie qu’elle parte comme ça. J’ai envie qu’elle reste là avec moi, je n’ai pas envie qu’elle s’en aille. Je veux rester là, assis ou debout, peu importe, mais tant que ce soit avec elle. Je la regarde partir, l’air bête… J’ouvre la bouche pour lui demander de ne pas partir, mais aucun son ne sort de ma bouche. Et elle s’éloigne déjà. Je restes seul, à regarder devant moi, d’un air bête. Comment ça se fait que j’arrives à faire fuir les gens que je veux garder auprès de moi ? Les filles ont dû toutes se passer le message, de me laisser seul, comme un crétin fini. Je n’ai aucune dignité, pas assez d’émotions. Je ne suis qu’un abruti qui arrives à faire souffrir les gens. Je m’en veux d’être comme ça, et en ce moment je ne penses qu’à une seule chose : changer. Changer pour changer le monde, changer pour changer les gens, changer pour changer des vies, changer pour changer leur vie, changer pour changer ma vie. Je ne suis logique en aucun point. Rien de ce que je dis n’est logique. Rien de ce que je dis n’est intelligent. Mais je dis ce que je penses. C’est là qu’elle revient… Elle a oublié sa baguette… Grosse déception, je croyais qu’elle revenait pour moi. Pourquoi je n’arrives pas à lui dire ? Pourquoi je n’arrives pas à lui parler ? J’ai envie de le lui dire ! J’ai envie de lui demander de rester, j’ai envie de lui demander de m’aimer. J’en ai marre de cette vie de libertin. Je suis le pire des abrutis du monde, je ne peux pas faire deux choses en même temps. Penser à quelqu’un et parler à quelqu’un. Pour un mec c’est dur de faire deux choses à la fois. Même si je m’efforce de lui le dire. Je n’y parviens pas, je la regardes dans les yeux, et parviens après tant d’efforts à lui dire quelque chose…

|Nathan|: « Restes... »

Pourquoi ne suis-je pas parvenu à lui dire autre chose que ça ? J’essaie pourtant de lui dire quelque chose. Je vais même recommencer, ré-essayer de dire quelque chose. Je suis perdu, plus rien ne fonctionne comme il le faudrait. Je la regardes encore dans les yeux, je lui souris, j’ai l’air sérieux. Mes yeux brillent, leur bleu est éclatant au clair de lune, comme me l’a dit un jour une de mes ex. Pourquoi je penses à mes ex moi ? J’en ai trop rien à foutre d’elles ! Je veux penser à autre chose ! Je veux recommencer, rayer toutes ces filles de ma liste.

|Nathan|: « Je... »

Comment le lui dire ?

|Nathan|: « J’ai envie que tu Restes... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisandra Arandi
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Féminin Nombre de messages : 186
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Sam 24 Jan - 17:59

*Putin l'excuse de merde que je lui ai servie! « J'ai froid, ciao j'me casse » J'suis qu'une conne. Une imbécile de première, une abrutie bien finie.* Telles étaient ses pensées tandis qu'elle executait une mission casi-impossible: ramasser sa baguette sans le regarder. Elle allait réussir quand...

Nathan: « Reste... »

Elle arrêta son geste et tourna la tête, surprise. Elle le regarda, intriguée. Comment voulait-il qu'elle reste alors qu'elle n'était qu'une idiote?! Elle avait envie de lui demander de répeter pour confirmer ses doutes: ce mot n'était qu'un fruit de son imagination débordante. Et pourtant...

Nathan: « Je... »

Mais encore? Lui aussi ne savait plus que dire? * Bon sang mais qu'est ce que je rêve là?! Quelle mouche m'a piquée?!* Elle ne comprenait pas, pas encore. Si elle avait réfléchit un tout petit peu -mais juste un tout petit peu- plus, elle aurait pigé. Mais non... La voix du rêve reprit:

Nathan: « J'ai envie que tu reste. »

Elle ne put résister: elle se pinça discrètement. * Aïeuh* Elle ne rêvait pas. Ah, si il savait! Elle était sur le point de lui crier qu'elle resterait pour toujours avec lui, qu'elle ne partirait plus comme une conne... C'est à ce moment là qu'elle en prit conscience. Elle avait réfléchi "un tout petit peu -mais juste un tout petit peu- plus." Elle savait quelle mouche l'avait piquée. Ca ne la surprenait bizarrement pas plus que ça et ça ne l'énervait pas du tout. Au contraire, d'autres problèmes arrivèrent: Problème n°1: Comment lui dire? Problème n°2: Sentiment partagé? C'est pas parce qu'il veut qu'elle reste que ça veut dire qu'il... Enfin voilà quoi! * C'est même trop dur à penser* Elle voulait lui dire... Tentative n°1:

Lisandra: « Je... n'ai jamais eu envie de partir. »

Hum... Trop de sous-entendus. Il comprendrait pas ><. Ouais, nan ca l'fait pas. Elle détourna le regard de son visage pour s'asseoir. Ouais, elle avait pas bougé depuis deux bonnes minutes et elle commençait avoir mal au dos (quoi de plus naturel?). Elle ancra son regard dans le sien, il souriait toujours... Tentative n°2?

Lisandra: « ... »

Aucun son ne sortit. Elle referma la bouche... Raté! Elle rit sur le coup. Etait-ce si difficile de dire deux mots avec un " t' " au milieu? Ca n'avait pas l'air. Elle l'avait déjà dit plein de fois, en plus. A plein de gens... Sans être sincère. Mais là, c'était vrai.. * Imagine que c'est pas vrai, que c'est du bluff* Mais non, ca n'allait pas. Elle ne pouvait pas envisager que cette vérité soit fausse. Elle avait l'habitude d'être directe... Là, pas du tout. Pourquoi diable n'y arrivait-elle pas? Elle cherchait une solution... Tilt! Et l'écrire? *Quiiiii a du papieeer? * Mauvaise idée... Bon... Elle était casi desespérée, elle n'arrivait plus à dire ce qu'elle voulait dire, déboussolée. Le nord? Connait pas. Les moldus? Elle les avait oubliés. Les mangemorts? Elle ne savait même plus ce que c'était. Elle ne savait plus où elle en était, comment elle en était arrivée là. Pourquoi? Pourquoi c'est si dur d'aimer? Pourquoi?! *Merde à la fin dis lui tout ce que t'as sur le coeur!* Tentative n°3:

Lisandra: « Je... Euh... Nan, rien. »

Mais pourquoi elle n'y arrivait pas? La fatigue? Ouais, surement. Lisandra était exténuée. Elle peinait à garder les yeu ouverts mais elle y arrivait quand même. Ce qui la faisait tenir, c'était lui. Elle ne voulait pas qu'il la laisse pendant qu'elle dormait. Mais même, elle ne voulait pas dormir tout court. Elle était fatiguée mais elle pouvait résister encore 5 heures si il le fallait. Tentative n°4?

Lisandra: « Quels que... Rah merde j'y arrive pas! T'es pas législimens par hasard? »

Question purement réthorique. Elle en avait marre... Il ne saurait jamais et ca serait tant pis pour elle. Et puis c'est tout. Tentative n°5, la dernière:

Lisandra: « Je n'avais jamais réalisé auparavant à quel point... je suis conne. »

C'était vrai quand même... Mais ce n'était pas ce qu'elle avait voulu dire. Pas à la base. Ca faisait l'affaire aussi... Mais non. Ca n'allait pas. Plus rien n'allait. Elle shoota dans un caillou pas loin de là. Pauvre caillou, il n'avait pourtant rien fait de mal.


Why?
Game over...
Try again?


HRP: Buarf, buarf, buarf, c'est pourri, manque d'inspi, désolée ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Patterson
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Dim 25 Jan - 2:11

J'arrives même plus à lui parler, c'est hallucinant. Pourquoi ne lui dis-je pas tout de suite? Que je veux qu'elle reste avec moi pour toujours. Mais non, ça ne le fait pas. Je ne dis jamais de choses comme ça, elle doit le savoir que je suis un enfoiré, c'est pour ça qu'elle a essayé de partir. J'en suis sûr et certain, elle a juste essayé de me fuir, mais elle n'a pas réussi. Parce qu'elle avait oublié sa baguette. Je suis si repoussant que ça ? Apparemment oui, je commences déjà à me dégoûter de-moi même. J'en ai marre de moi. Peut-être même qu'il est déjà trop tard, peut-être que je n'ai plus d'espoir. Je suis juste bon à mourir seul. Mourir sans avoir connu l'amour, parce que non, je ne l'ai pas encore connu. Et c'est à croire que je ne le connaitrais jamais, étant donné que à chaque fois que je commences à aimer quelqu'un, cette personne me fuit. Suis-je si repoussant? Suis-je si horrible? Suis-je un connard à ce point là ? Apparemment oui. J'en ai marre de m'attarder sur mon sort, j'ai essayé de changer un million de fois au moins. Je me suis même forcé d'aimer quelqu'un, mais je ne l'aimais toujours pas. Et là, j'ai chaud au ventre rien qu'en pensant à elle. J'ai des petits papillons qui volent dans mon ventre. Je ne connaissais pas cette expression avant de connaître mon ex, elle me disait toujours ça. Qu'avoir des petits papillions dans le ventre c'était signe qu'on aime quelqu'un. Elle est vraiment débile celle là. Elle n'a pas été débile que dans ce domaine, je l'ai faite pleurer très souvent elle, mais elle ne voulait pas me quitter. Cela me faisait plaisir, de la voir souffrir. Pourquoi? Parce que je suis un enfoiré. J'avoue, ça fait longtemps que je n'ai eu personne pendant plus d'une semaine. Je ne tiens pas un couple pendant plus de trois jours. Le premier jour elles m'excitent, le deuxième jour je les apprécie, le troisième jour elles me saoulent. Pourquoi? Pourquoi est-ce que je n'arrives jamais à être normal ? J'aimerais tant être comme les gens normaux, Jade et Jimmi par exemple. Oui, eux ils sont heureux, parfois ils se jettent des chaises à la gueule mais c'est réparable. Moi je n'ai personne. Je n'ai jamais eu personne pendant longtemps, je suis trop habitué au changement. Déjà à l'école maternelle moldue, j'avais une nouvelle copine tous les jours, je ne restais jamais plus de deux jours avec la même. J'en ai marre d'être moi, je veux être quelqu'un d'autre. Je ne sais pas que dire à Lisandra, j'ai l'impression de l'aimer, j'ai envie qu'elle soie à mes côtés pour toujours, et plus que tout, j'ai envie de l'embrasser, là, tout de suite. Mais si je fais ça, elle risque de me repousser, bien qu'à chaque fois que ses lèvres bouges je suis obligé de me gifler intérieurement. Dès qu'elle sourit, fait une moue, parle, ouvre la bouche... J'ai envie d'approcher ma bouche de la sienne, poser mes mains sur ses joues, et l'embrasser. J'arrives tout juste à me contrôler. Je suis vraiment... Un abruti fini. Pourquoi avec elle? Elle ne voudra sûrement pas de moi, je suis juste bon à rentrer chez moi et à me taire, regarder la télé avec Katy, qui doit s'impatienter là. Je ne suis jamais sorti aussi longtemps un soir. Elle sait où je suis, elle pourrait à tout moment venir, et me rammener à la maison. Mais si elle fait ça... Je lui en voudrais quelque part. Parce que je veux rester avec Lisandra. Elle me plait... Et plus qu'un peu. Elle ne me plait pas simplement, elle... Comment dire... Elle est si attirante, c'est comme le renard, dans la fable de Lafontaine, il est attiré par l'odeur du fromage. Moi, je suis attiré par son charme. Ce charme irrésistible. Comment faire pour arrêter ça? Comment faire pour me libérer de ça?! Je suis en train de m'acharner sur moi même, si j'étais seul, je me serais frappé tout seul, pour de vrai. Je suis un crétin, et je suis fini. Je n'ai plus aucun espoir. La seule pour qui je changerais n'est sûrement pas prête à rester à mes côtés...

Nathan : « Je... Je..»

Merde putain ! J'en ai marre ! Je ne sais même plus parler ! Et comment je fais si ça m'arrive autre part? Si devant mes supérieurs mangemorts j'ai un blocage comme ça, j'suis pas dans la merde hein ! Et puis merde, j'en ai trop marre. Je suis en train de me pincer, et je me fais mal tout seul. J'ai envie de me frapper la tête avec une lampe, comme le ferait un elfe de maison. J'ai envie de me repasser les doigts. Je suis un abruti, fini.

Nathan : « Je t'aime bien tu sais?»

Et voilà, j'suis un crétin. J'ai failli réussir! Mais j'me suis rétamé sur la fin... En fait, je ne sais pas ce qu'il me prend. J'ai envie de tout foutre en l'air, c'est comme si un crocodile voulait devenir ami avec des oiseaux, comme si un éléphant voulait devenir comme une souris, comme si un hippopotame voulait voler, comme si un mammouth avait des griffes, comme si un singe savait sauter comme un kangourou, comme si un kangourou grimpait dans les arbres. Toutes ces choses ne sont pas naturelles. Il n'y a rien de logique là dedans. C'est comme si un moldu devenait sorcier, comme si un sorcier devenait moldu. Comme si un balai volait -Ah non, ça c'est normal-. Mais pour un moldu ce ne serait pas normal. Il y a tant de choses qui sont impossible, j'ai envie de devenir méchant. De passer du stade de gros enculé à un stade supérieur, à l'homme dont rêvent les femmes, l'homme gentil, protecteur, loyal, fidèle. Mais peut-être n'ai-je pas cette possibilité... Peut-être que je resterais toujours le mec que les filles aiment bien, mais juste pour un soir. J'en ais ras le bol, je veux pas être ce mec là, je veux que les filles me désirent, je veux être le meilleur ami, le bon ami, l'homme parfait, le chéri, l'amoureux. Je veux tout être ! Moi qui n'ai jamais eu une petite amie plus de deux mois. Je les repousse vraiment toutes. C'est comme un fromage pourri, on le sent à des kilomètres et on préfère s'en éloigner, c'est comme un cadavre en décomposition, c'est hideux, dégoûtant et ça sent tellement mauvais. C'est comme un assassin, on préfère le fuir plutôt que de l'approcher. C'est comme un pédophile, c'est surveillé tout le temps. C'est comme un violeur, ça fait peur et on ne reste jamais seul dans une petite ruelle. Bref, et voilà que je me compares à des criminels. Au fond, je suis un criminel, je suis mangemort. Mais c'est pas être mangemort qui fait de moi un criminel, non, ce titre fait de moi un homme intelligent. Mais le fait d'être qui je suis, fait de moi un criminel. Et pourquoi? Pourquoi ? J'ai tellement envie de changer, quand on veut, on peut! C'est ça non? Normalement on peut changer quand on veut non? J'en ai marre d'être comme ça, je regardes Lisandra dans les yeux, en souriant, d'un air bête. Pourquoi est-ce que je souris comme ça ? Je suis un crétin. Elle doit avoir peur, ou être dégoûtée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisandra Arandi
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Féminin Nombre de messages : 186
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Dim 25 Jan - 18:23

Il avait l'air un peu perdu, énervé... Enfin, bizarre quoi. Lisandra ne comprenait pas pourquoi il était comme ça. Il n'y avait pas de raison... Pas de raison apparente en tout cas. Elle, elle était là, à le regardait. Elle se sentait idiote. Pourquoi? Tout simplement parce que: D'abbord, elle était plantée dans un cimetière à sourire comme une cruche. Ensuite, elle était complètement incapable de faire quoi que ce soit, ni mentir, ni même parler simplement. Affolant, non? Et enfin, elle était une idiote. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. En gros, elle était une idiote qui avait l'air idiote et qui se sentait idiote. *Ouiii! Vous avez gagné le gros lot! J'ai plus qu'à me coller une étiquette "idiote" sur le front * >< La voix de Nathan la tira de ses pensées idiotes:

Nathan: « Je... Je... »

Il... Il... Hum. Lisandra arqua un sourcil interrogateur. Ouiiii? Mais encooore? Trois fois qu'il buttait sur le "je". Mais mince à la fin, qu'essayait-il de lui dire?

Nathan: « Je t'aime bien tu sais? »

Elle sourit. Tentative n°6 d'une réponse complète? Allez, c'est repartit pour le carnaaage! >< Nan, faut réfléchir avant de parler. Faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Un... Mais qu'allait-elle pouvoir lui dire? Deux... « Moi aussi je t'aime, et plus que bien »? Trois... Nan, c'est nul. Quatre... Bordel c'est pas vrai! Cinq... Allez, Lis', directe, soit directe. Six... Faut pas changer les habitudes! Seeeept!

Lisandra: « Je...Eh! Mais pourquoi tu te pinces?! Arrête, tu vas te faire mal! >< »

Hum... Tentative n°6 loupée. Comme il n'arrêtait pas, elle lui prit la main en secouant la tête. Un vrai maso >< Fallait pas qu'il se fasse mal, le pauvre! Il la regardait les yeux un peu vides. C'était bizarre. Lisandra fronça les sourcils et demanda légèrement anxieuse:

Lisandra: « Nathan? Ca va? Qu'est ce qui se passe? »

Elle le regardait d'un air un peu inquiet. Qu'est ce qui lui prenait? Elle détourna le regard. Peut-être qu'il luttait pour ne pas lui arracher la tête, qui sait? C'est sur qu'en même temps, n'importe qui aurait envie d'arracher la tête d'une idiote qui avait l'air idiote et qui se sentait idiote... Elle en avait marre de réfléchir. Pourquoi c'était pas un auror qui était venu, ce soir là? Hein? Pourquoi? Au moins, il l'aurait tuée ou enfermée à Azkaban et elle serait pas là en train de réfléchir. Elle méritait pas d'être là. Au fur et à mesure qu'elle s'énervait contre elle même, elle serrait de plus en plus la main de Nathan. Au moment où elle allait planter ses ongles de sa main droite, elle s'en aperçu. Elle lacha d'un coup la main du mangemort. Elle retourna vivement ses yeux vers lui pour s'assurer que tout allait bien. *Ah putain pourquoi quand je le regarde j'peux plus rien faire, hein? Pourquoi mon coeur bat plus vite? * Elle s'excusa d'un petit "oops, désolée". Elle essayait de formuler dans sa tête une phrase pour exprimer ses sentiments... Pas moyen. Elle eut un leger rire. Lisandra dit d'un air mi desespéré mi amusé presque pour elle même:

Lisandra:
« Où est ce que je vais, comme ça? Quand je te regarde, j'arrive presque plus à parler. Je... t'aime... bien moi aussi. »

Putaiiiiin! Noooooon! Pourquoi avait-elle ajouté le "bien moi aussi"?! * LISANDRA, TU ES CONNE QUAND TU VEUX!* Elle avait presqu'envie de transplanner au ministère et d'ordonner au ministre en personne de la tuer ou de la laisser pourrir à Azkaban.. Non, même mieux, elle avait envie d'aller se livrer au détraqueurs pour qu'ils lui enlèvent son âme, pour ne jamais avoir à souffrir encore à cause de ces derniers mots, pour ne plus avoir à le revoir dans l'au-delà, pour éviter de souffrir toute sa vie et même après à cause de ces trois mots qui changent tout le sens de la phrase. Si elle ne les avait pas pronnoncés, il y aurait eu une chance qu'il sache mais maintenant, c'était fichu... Et c'était bien fait pour elle! Elle n'avait qu'à pas être aussi idiote. Même si elle s'énervait interrieurement, elle ne le montrait pas. Il y avait encore un espoir qu'il comprenne ce qu'elle avait voulu dire. Une espoir infime mais qui existait quand même. L'espoir fait vivre. Quoi que non. Non rien n'allait plus. Comment lui dire? Merde merde merde! Elle était en plein dedans. Il fallait qu'elle se sorte de là. Il fallait qu'elle lui dise. Elle le regarda encore... Il était si près... Trop près. Elle luttait depuis un moment déjà pour ne pas laisser faire ses lèvres si fourbes. Elle en avait marre de lutter, au moins, il saurait. S'il la repoussait, elle s'en irait. Loin. Très loin. Elle irait pourrir de chagrin à Azkaban, les détraqueurs n'auront même pas à lui demander la permission pour prendre son âme. Donc elle laissa sa follie agir et ses lèvres vinrent délicatement chercher celles de Nathan. Elle l'embrassa timidement et -à contre coeur- elle s'écarta de lui et le regarda dans les yeux. Les mots pourraient peut-être sortir cette fois-ci? Tentative n°7:

Lisandra: « Tu peux juste oublier les trois derniers mots de ma dernière phrase s'il te plait?»

Tentative réussie! Mais aussi loupée. Réussie parce qu'il comprendrait et loupée parce qu'elle ne lui avait pas dit directement. Réussie à moitié, on va dire. Bref, Lisandra attendait... nan, redoutait la réaction de Nathan. Il allait peut être la gifler ou peut être partir tout simplement ou peut-être... Il y avait tellement de possibilités aussi effrayantes les unes que les autres... Mais il y avait aussi la seule et unique possibilité positive. Pour une raison inconnue, elle ne l'avait même pas envisagée. Et voilà, Lisandra avait peur. Elle détestait avoir peur mais là elle ne pouvait pas s'en empêcher. Peur de quoi? D'une simple réaction. Si elle était négative, elle n'aurait plus qu'a transplanner au ministère et à dire adiau à Nathan en lui demandant de bien transmettre ses amitiés à Jade, Katy, Jimmi et le prier pour demander à Jade de récuperer Pantoufle dans son appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Patterson
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Mer 28 Jan - 23:48

Elle croit que je vais me faire mal... En me pinçant... Je sais que par là, elle veut dire qu'elle n'en à pas rien à foutre de moi. Si elle n'en avait fichtrement rien à foutre de moi, elle se serait cassée, elle m'aurait jetté un sort, et ce ne serait pas moi qui suis en train de me pincer en ce moment, mais elle qui me casserait la figure. Moi je ne la frapperais pas, je n'aimes pas frapper les filles... Je trouves que ça ne se fait pas, de tapper une fille. Une fille, c'est gentil, doux, fragile. Enfin, pour moi oui, vu que je ne suis pas une mauviette, j'ai pas trop mal de muscle, enfin, je trouves que j'en ai pas trop mal. Après c'est ce que je pense moi, si ça se trouve en fait je n'ai rien du tout, mais de près on dirait que j'en ai... En tout cas, je fais du sport, j'essaie d'avoir des muscles. J'ai toujours fait toutes sortes de sports, je faisais du Football Américain, j'ai fait de la musculation et de l'athlétisme. Tout ça pour rester en forme et développer mes muscles. Les filles ont l'air d'aimer ça, les hommes qui font tout pour être bien dans leur corps et avoir de quoi se mettre torse nu. Un homme comme moi avec des pectoraux, c'est plus charmant qu'une baguette chinoise qui a une toute petite voix aigue. Je repense à ce qu'elle m'a dit, Lisandra. Il ne faut pas que je me fasse mal.. Je me suis déjà fais plus mal que ça. Mais c'était pas toujours volontaire. Une fois, je suis tombé de mon balai pendant un match de Quidditch, j'étais à plus de 100 mètres de hauteur. Je me souviens m'être cassé énormément d'os, j'ai dû battre le record d'os cassés. En tout cas j'ai souffert. Je sais que j'aurais pu faire pire, mais l'infirmière à sû me rétablir à l'époque. Elle a réussi à tout recoller mes os en une nuit grâce à une gorgée d'une potion magique dont je ne connais pas le nom. Franchement, la magie, c'est quelque chose de formidable. Sans la magie, je suis sûr qu'aucun de ces crétins de docteurs moldus n'aurait pû me réparer mes os. J'penses même qu'ils m'auraient laissé crever, ou m'auraient fait crever, parce qu'ils n'auraient pas sû quoi faire. En fait, un moldu, c'est franchement con è_é. Je ne sais pas comment ils font leur compte, mais pour une jambe cassée, ils mettent au moins trois semaines de platre, alors que nous, on répare tout ça en une nuit. Ils ne savent pas ce qu'ils ratent les pauvres! Bref, j'ai arrêté de me pincer, pour lui faire plaisir. Je suis vraiment un con, je lui ai juste souri et arrêté de me pincer quand elle m'a dit ça. J'ai l'air d'un idiot à lui sourire comme ça. Et pourquoi est-ce que je souris ? Franchement, je n'ai jamais vu plus crétin que moi, un abruti fini qui sourit pour un rien dans un cimetière en face d'une fille qui a encore des traits de mascara sur les joues. Par contre, éclairée par la lune, Lisandra est magnifique, et je ne puis décoller mes yeux des siens. C'est fait, j'ai plongé dans ses yeux, et pour un bon petit moment maintenant. J'aime ses yeux, je suis... Sous son charme. Elle m'a jetté un sort informulé? Ou c'est moi qui délire ? Je suppose que c'est moi, parce qu'elle n'avait pas sa baguette tout à l'heure, et sans sa baguette elle ne peut pas jetter de sort, enfin... Je penses. Elle pense que je ne vais pas bien, mais si je vais bien ! Très bien même ! Je suis tellement heureux, qu'elle soie là, avec moi ! Je ne me suis jamais senti comme ça en compagnie d'une fille, c'est... Magique. Non, magique n'est pas le mot, je ne vois pas ce que je peux utiliser comme mot... C'est comme un fer à repasser ayant retrouvé sa Cajoline, comme une souris étant connectée à un ordinateur, comme une lampe dans laquelle on a placé une ampoule, comme une photo ayant rejoint son cadre, comme un radiateur émettant à nouveau de la chaleur. C'est comme un crayon ayant retrouvé son bouchon. Tout se remet en place, et je me sens... Bien. Je n'ai vraiment jamais ressenti quelque chose comme ça, dans ma tête il se passe plein de choses en ce moment, ça a commencé par une petite averse, qui est devenue une tempête, qui elle même est devenue une tornade qui est devenue un ouragan qui a tout balayé sur son passage. C'est le bordel dans ma tête, mais je m'y retrouves. C'est la première fois que je m'y retrouves. Nathan a enfin trouvé celle qui lui correspond ! Maintenant qu'elle est là je le sais, chaque fois qu'elle sera en ma compagnie, je saurais quoi faire, et quoi dire.

Nathan: « Je... Je... Je me sens plus que bien, et tout ça parce que tu es là, avec moi... Tu ne peux pas imaginer à quel point je suis heureux en ce moment... »

Ai-je vraiment dis ça ? Est-ce que moi, le Nathan Patterson, ai réussi à dire ce que je pense ? Je l'admets, parce que j'ai réussi. J'ai dit ce que je penses, j'ai enfin réussi ! C'est la première fois que je dis réellement ce que je penses. Bon, avec mes soeurs j'y arrives aussi, mais avec les autres gens, j'ai tendance à mentir. Mais là, j'ai dis ce que je pensais vraiment. Je suis fièr de moi, et à la fois choqué. Je n'ai jamais réussi, mais avec elle j'y arrive. Elle me dit que lorsqu'elle me regarde elle n'arrive plus à parler, je lui souris, pas le sourire charmeur que j'adresse à toutes les filles que je veux avoir dans mon lit, non, j'arrêtes ces petits jeux, mais un sourire sincère, ça se voit, ça se sent. Enfin, moi si j'étais en face de moi même je l'aurais vu dans mes yeux, enfin, bref, je me comprends, c'est l'essentiel. Moi maintenant qu'elle est là j'arrive à m'exprimer correctement, on a des réactions contraires. Elle m'aime bien elle aussi, n'est-ce qu'en amitié ? Je n'espère pas, je sais, c'est pas gentil ce que je viens de faire, j'ai pas répondu à ce qu'elle m'a dit, mais je lui ai répondu par un sourire. Et c'est là qu'elle m'embrasse. Du peu qu'elle m'a embrassé, j'en ai profité, et je suis triste qu'il n'aie été que si court ce baiser. J'aurais aimé qu'il dure éternellement, notre premier baiser. Mais certainement pas le dernier ! Je refuses que ce soie le dernier. Je penses qu'elle et moi nous nous embrasserons encore maintes fois ! Enfin, je ne le penses pas, je l'espère et j'en suis certain. Je sais qu'on s'embrassera encore, parce que quand on veut, on peut. Je veux l'embrasser encore, je veux qu'elle m'embrasse encore, je veux passer du temps à ses côtés. Et j'espères qu'elle ressent là même chose de son côté.

Nathan: « Je ne les ai même pas entendu. Lisandra? Je t'aimes... »

Je pose ma main sur sa joue, et cette fois-ci, c'est moi qui me penches en avant pour l'embrasser, mais plus longtemps que la première fois. Je n'ai jamais mis mon coeur dans un baiser, et j'espère ne pas m'être foiré sur le coup, parce que je veux bien faire en sa compagnie, je me dois de bien faire. C'est une obligation. Si je rates, toute ma vie n'est plus qu'un désastre. En tout cas, je ne baves pas, c'est déjà ça. Je ne l'étouffes pas non plus, ce qui est encore un point positif. J'y ai mis tout mon coeur, et j'espère que ça n'ai pas été une tentative vaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisandra Arandi
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Féminin Nombre de messages : 186
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Ven 30 Jan - 21:58

*AAAAH Je suis morte... il ouvre la bouche... qu'est ce qu'il va dire? Hein? Qu'est ce qu'il va dire? JE MEURS... euh... quoi?*

Nathan: « Je ne les ai même pas entendu. Lisandra? Je t'aime... »

*Quoi? Hein? Qu'est ce qu'il me dit? Entendu? De quoi? Ah... Les trois derniers mots. Lisandra...? Ah oui c'est moi... >< Il m'aime... Mmh... QUOI?! Il m'aime? Lui? De? Hein? Qui? Moi?* Elle dissimula un hoquet de surprise. Elle rit brièvement sur le coup et lui adressa un grand sourire... Nan, pas un sourire hypocrite ni méprisant... Nan, un VRAI sourire. Elle allait rétorquer quand il pose sa main sur sa joue et se penche vers elle. Il l'embrasse longuement, elle est sur son petit nuage, profitant de cet instant. Elle pourrait faire ça toute sa vie, ne jamais s'arrêter de l'embrasser. Sauf pour manger, dormir et boire... Les choses essentielles quoi. Après, tout était banal. Bon peut être pas tout. Il fallait nettoyer le monde... Mmmh... Pourquoi pensait-elle au monde? Il n'avait rien à faire là dedans. Elle changea ses pensées de sujet: tout ce que Nathan lui avait dit depuis le début de la soirée... Il lui avait dit à un moment qu'il était heureux parce qu'elle était là. Il ne pouvait pas imaginer à quel point c'était réciproque. Elle se reconcentra sur sa tache principale du moment pour bien s'appliquer. Il embrassait tellement bien qu'elle avait l'obligation de faire mieux que lui. Et si lui se sentait obligé de faire mieux qu'elle alors ils tournaient autour du pot. Finalement il s'écarta et Lisandra sourit. Encore sincèrement. C'était rare une fois alors deux fois... extrèmement rare... Casiment personne ne lui avait vu ce sourire là. Elle hésita et finalement, parla sans se tourner sept fois la langue dans la bouche. Pas la peine. Maintenant que ce qui était dit était dit, c'était presque trop simple:

Lisandra: Nathan... Je ne sais pas du tout -mais alors pas du tout- comment j'ai fait pour t'ignorer jusque là.. Mes conversations avec Jade devaient être ultra-captivantes... Mmh... Nan, en fait c'est pas ça. C'est que je ne suis qu'une idiote. (Petit rire) Ah oui et à propos... Je t'aime aussi.

*OUIII TENTATIVE REUSSIE! HAAALLELUJAH!* Elle continuait de sourire. Elle se sentait encore idiote, elle avait encore l'air idiote (c'était ce qu'elle croyait en tout cas) et elle était encore idiote. Mais là, elle n'y pensait plus. Un seul mot résonnait dans sa tête. Ce mot ce n'était plus un mot interrogatif, non, c'était un prénom: Nathan. Quoi? Vous aviez déjà deviné? Ciel que vous êtes perspicace! La perspicacité n'est pas un don dont tout le monde est dotté. Oui, il y a des boulets dans la vie, des ADS (attardés du système) de service qui ne captent jamais rien tout de suite si on ne leur explique pas. C'est pas que ces gens sont longs à la réflexion, c'est qu'ils ne comprennent vite qu'uniquement si on leur explique longtemps... Bref, ce n'est pas le plus important pour le moment. Revenons donc à Lisandra. Lisandra qui était dans son petit monde, qui ne pensait qu'à lui et uniquement lui. Puis elle examina les lieux et redescendit sur terre... Elle se rendit compte qu'elle était dans le cimetière... Hum, pas top. Elle reporta son attention sur Nathan et un instant se demanda si elle allait parler ou continuer à le contempler sans un mot. Elle se força à parler:

Lisandra: Hum... Nathan? Dis, c'est pas que je suis pas bien ici... Mais les cimetières c'est pas trop mon fort... Enfin, tu comprends quoi... (pause) Ah! Merde! Pantoufle... -c'est mon chat-.. Il doit mourrir de faim le pauvre! J'ai pas laissé la fenêtre ouverte pour qu'il puisse dégommer un pigeon en plus... Faut que j'y aille... Mmh... Mais... Mais nan. J'y vais pas. J'veux pas partir loin de toi.

Elle se rapprocha de lui et posa sa tête sur son épaule en étouffant un baillement. En plus de ça elle était crevée. *OUVRE LES YEUX ET LAISSE LES OUVERTS!* Il devait être une heure du matin maintenant. Elle avait sommeil, soif et froid. En plus Pantoufle devait mourrir de faim vu que c'était un estomac sur pattes. Maaagnifique. Mais non, elle ne voulait pas partir. Pourquoi partir loin de lui? Hein? Pourquoi? Elle bailla de nouveau. Il fallait vraiment qu'elle dorme. C'est qu'elle avait passé une journée plus qu'éprouvante! En plus de tout ce qu'elle avait pleuré... Elle l'avait presque oublié. Mais non, à la place, elle sortit son miroir de poche et s'aperçut... Elle retint une interjection de terreur et elle lacha en ratrappant le miroir qui lui était tombé des mains:

Lisandra: Par Merlin! Je suis affreuse! Comment tu fais pour embrasser une tête avec plein de mascara partout, pas coiffée avec une tête de... euh.... de cadavre momifié?!

Elle sortit sa baguette et disciplina ses cheveux et enleva les dernières traces de mascara... Mouais... *On dirait que j'ai pas dormi depuis trois jours mais à part ca, tout va bien...* Elle retint encore un baillement et leva la tête vers Nathan en plongeant ses yeux dans les siens. Ils étaient comme un océan: ils dévastaient tout sur leur passage. Lisandra s'y noyait sans en souffrir pour autant. Elle aimait regarder ses beaux yeux... Elle ne put s'empêcher de relever sa main et d'attirer le resplendissant visage du mangemort vers le sien pour l'embrasser encore, toujours appuyée sur son épaule. Elle avait bien le droit, elle était moins auffreuse! Quand il s'écarta, elle garda sa main posée sur sa joue avant de la laisser retomber. Ses paupières se fermaient presque automatiquement. Elle luttait contre le sommeil. C'était dur mais elle tenait encore... Et elle pouvait encore tenir! En même temps ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas dormi plus de quatre heures. Elle chaissait la fatigue et les "problèmes" commençaient à lui embrouiller son esprit mi-endormi mi-conscient. Le plus gros soucis: Annoncer la nouvelle à Jade... Jade, c'était la plus imprévisible. Hum. Elle n'allait pas débarquer comme ca au manoir des Patterson et crier "Faut que j'te diiiise un truuuuuc!!!" Limite comique >< Elle réfléchit puis rit en déclarant à Nathan:

Lisandra: Hum... Je me demande comment Jade va réagir quand je vais lui dire...



[HRP: C'est nuuul désolée >< Et, j'ai pas fini mais tu peux quand même répondre, j'éditerais de façon à ce que ça change rien à ton post ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Patterson
The Mangemort
The Mangemort
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Date d'inscription : 04/01/2009

Fiche de Personnage
Niveaux Magiques:
85/100  (85/100)
Vos Possesions:
Vos Relations :

MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   Sam 31 Jan - 1:21

Apparemment elle m'a ignoré pendant longtemps, ignoré comment ça ? Dans le sens elle en avait carrément rien à foutre de moi, ou dans le sens elle savait que j'existais mais ne me calculais pas ? Elle n'est pas idiote de ne pas m'avoir calculé... Elle est même beaucoup plus intelligente qu'elle ne se croit être. Enfin, surtout qu'elle ne se dit être. Je ne suis qu'un con, il ne faut pas qu'elle me parle, je n'en vaux pas la peine. Il vaut mieux qu'elle se contente de parler à Jade. Enfin, il vallait mieux. Parce que là, ce soir, je sens qu'en moi, il y a eu un changement radical. J'ai dit à Lisandra que je l'aime, chose que je n'ai jamais faite. Heureusement qu'elle ne m'a eu en tête à tête qu'aujourd'hui ! Sinon, je ne sais pas ce qui aurait bien pû se passer. Je suis certain que je l'aurais adulée, que je lui aurais dit tout ce qu'elle veut entendre, et que j'aurais sûrement même fait tout pour l'avoir dans mon lit... Je ne suis vraiment qu'un enculé. Je ne peux pas encore dire que j'en étais un, parce que je n'en ai pas encore la preuve, je n'ai pas la preuve que j'ai vraiment changé. Je ne peux pas le savoir si j'ai vraiment changé. Il faut que j'en aie des preuves, il faut que je puisse cerner mes pulsions sexuelles. Si j'arrives à ne pas sauter sur la premiere femme qui est prête à tout pour moi, et bien à ce moment là je saurais que j'ai changé. Mais pour l'instant, il n'y a pas une femme en sous vêtements devant moi, qui m'attend. Tant mieux d'ailleurs, je n'en veux pas maintenant. Je préfères la compagnie de Lisandra, même s'il se fait tard et que j'ai encore tellement de choses à faire... Mais ces choses peuvent attendre, tout peut attendre. Je n'ai pas trop envie de partir. Je n'ai pas envie du tout de partir d'ailleurs. C'est bizarre ça, je lui dis que je l'aime, je veux rester avec elle. Je n'ai jamais dis à une fille que je l'aimais, et je n'ai encore moins eu envie de rester en leur compagnie. D'ailleurs, je préférais me débarrasser d'elles au plus vite ! Je me rappelles d'une de mes ex, celle qui passait des heures et des heures à mes côtés. Elle ne me lachait jamais. A chaque fois, elle mettait vingt minutes à me dire au revoir. Et c'était... Insupportable. J'en avais tellement marre d'elle, que je lui jettais un sort pour qu'elle foute le camp. Et il n'y a pas qu'avec elle que j'avais ça. Toutes mes ex je les foutais dehors au bout d'un quart d'heure. Elles n'étaient pas drôles, elles étaient bêtes, connes même. J'étais vraiment un gros dégueulasse avec ses filles là. Je ne leur montrais aucun signe d'affection mais elles restaient tout le temps folle amoureuses de moi. Je n'ai jamais compris ça. Et j'ai peur que maintenant que je montre mon affection à Lisandra, qu'elle fuit... Peut-être que l'effet inverse se produirait... J'en ai bien peur, mais je me montre fort, je ne laisse voir aucune faille. Je souris seulement, comme un niais...

Nathan: « Je me rappelles bien les fois où tu passais en un coup de vent dans le salon où nous étions, moi et Kat', et tu filais voir Jade. C'était plutôt amusant à voir... Mais tu n'es en aucun cas une idiote. »

C'est vrai quoi, elle est même plus qu'intelligente ! Elle ne rigole pas comme rigolaient mes ex... Elle se met à parler de Pantoufle, et du fait qu'il n'a pas de quoi se nourrir... Moi j'aime bien les animaux, mais je préfères quand même les humains hein... Je préfères les chats au chiens. Un chien c'est plus grand, plus beau. Enfin, ils ne sont pas tous beaux ! Il y a les pékinois qui sont immondes. Et les chihuahuas. On m'a dit une fois que les chats ont sept vies, mais c'est impossible, ils ne sont pas magiques. Et puis, ils ne connaissent pas l'existence des Horcruxes, alors je ne les crois pas ces gens là. J'aime bien certains chiens comme les Bergers Allemands et les Doberman, ils sont vachement classe ces chiens là. Je suis en train de me rappeler de tous les gens qui m'ont rejetté une fois... Quand j'étais jeune, j'avais eu besoin d'argent, donc je suis allé faire la vaisselle dans un restaurant, mais comme un idiot, le dernier jour de travail, j'ai fait tomber des piles d'assiettes, elles se sont toutes cassées et on m'a viré. Après il y a eu le travail au marcher, avec un poissonier. Je devais vendre du poisson, mais je draguais les femmes au lieu de vendre le poisson.. J'ai dit à plusieures femmes que j'étais plus frais que le poisson, au lieu de dire l'inverse. J'ai eu plusieurs numéros de téléphones, c'était vraiment hilarant ! Au bout d'un moment, le poissonier me chassa à coups de pieds. Les moldus ne m'aiment pas apparemment, je suis trop différent d'eux, ça doit être ça. En même temps, pour rien au monde je ne voudrais leur ressembler ! Ce ne sont qu'une bande d'idiots. Ils ne savent pas ce qu'ils râtent. Ils ne connaissent pas l'existence de la magie, ils font croire à leurs enfants l'existence du Père Noël, moi je brisais les rêves de tous les enfants quand j'étais encore petit, je criais dans la cour de récré que le Père Noël n'existait pas, et les enfants pleuraient. C'était hilarant, qu'ils sont bêtes ces moldus ! Même moi je me sens intelligent à côté d'eux... Ce qui promet ! Parce que franchement, au niveau d'intelligence, si je devais me mettre une note sur vingt je ne m'accorderais même pas un cinq. En fait, je suis vraiment idiot oui, je ne dis que des sornettes ! Il faudrait peut-être que je grandisse non? De toute façon, j'ai vingt-six ans mais dans ma tête j'en ai encore dix-sept parfois. Dix-sept c'est le minimum, après j'penses que mentalement j'ai bien vingt ans. Enfin... J'espère O.o Je me rends compte qu'elle parle de partir... Je suis en train de réfléchir, je m'imagines sans elle... Mais elle ne veut pas partir... J'essaie de dire un truck... Mais en fait je pense à autre chose, donc aucun son ne sort de ma bouche. Je suis bizarre parfois, tout le temps même. Je n'ai jamais été normal. Et ça m'arrange, comme ça au moins, je ne ressembles à personne ! Elle ose me dire ensuite qu'elle ne ressemble à rien...

Nathan: « Je t'interdis de dire que tu est affreuse ! Au contraire... »

Je la regardes encore.. Elle me parle de Jade... Je n'y avais pas pensé, qu'est ce qu'elles vont en penser les filles ? Elles vont pas me faire la gueule j'espère ? Katy je penses qu'elle le prendra bien mais qu'elle sera un peu jalouse, après tout, j'étais son Nathan rien qu'à elle. Elle va devoir partager un peu. Après pour Jade... Je penses que ça ne sera pas un problème, et qu'elle serait ravie d'avoir Lisandra comme belle soeur ! J'espères au moins qu'elles ne m'en voudront pas. Après tout, elles n'ont pas de quoi si ? C'est pas comme si elle venait vivre sous le même toit. J'aimerais bien mais bon, après le manoir va être vu comme un refuge. Alors que c'est un lieu sacré. Aucun Patterson n'a voulu vendre cette maison, elle est passée de génération en génération. C'est franchement une maison sublime ! Pour rien au monde je ne quitterais cette maison. J'ai même envie d'avoir ma tombe dans le jardin... Enfin non, peut être pas quand même. Sinon les enfants qui vivront ici plus tard auront à voir tous les jours une tombe devant la fenêtre du salon. C'est pas le top ça... Bref, je me ferais enterrer pas loin de mon père. Putain je suis vraiment un malade mental moi ! Je penses déjà à l'endroit où je veux me faire enterrer. Je suis trop un abruti ! Heureusement que Lisandra ne peux pas lire mes pensées... La pauvre, elle hallucinerait !

Nathan: « Jade... Jade elle accepteras je penses, elle sera peut-être contente pour toi ! Mais... Katy elle sera jalouse je penses... »

J'entends une horloge sonner minuit au loin, il est tard... Je dois y aller, Katy doit s'être endormie, et j'ai promis de ne pas rester trop longtemps dehors. Je... J'embrasse une dernière fois Lisandra, ma langue joue avec la sienne. Je la regardes, je lui le dis, qu'il est l'heure que je m'en ailles. Elle a l'air de comprendre, au prénom de Katy elle comprend. Elle la connait, elle sait que Katy est une fille difficile, et qu'elle risque de faire énormément de sorties. Je lui ai promis de rentrer avant minuit, mais il est minuit passé. Elle va commencer à s'inquiéter, à s'ennuyer et après elle va faire des conneries, la connaissant... Je sais qu'elle est capable de faire d'énormes conneries, et si elle commence à s'énerver... Rien n'iras bien. Je le sais, je le sens. Elle risque de tout foutre en l'air pour elle même et d'entraîner des conséquences... Bref, il faut que je rentres. Je n'ai pas envie, mais j'en ai l'obligation, je suis son grand frère, elle m'aime, elle me fait confiance. Je suis comme un père pour elle. D'ailleurs, je suis heureux de les avoir mes soeurs. Jade est plus jeune, mais je l'aime autant. Bref, il faut vraiment que je rentres, j'embrasses une dernière fois Lisandra, et me prépares à Transplaner...

Nathan: « A une prochaine fois ! Et n'oublies pas... Je t'aimes »

Je penses fort au canapé qui se trouve à l'intérieur du Manoir Patterson et... *CRAK*




  • FIN DU TOPIC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Souffrir plutôt que mourrir, c'est la devise des hommes" (Nathan)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» "Ki sa Farrakan di la ke lót pat deja di?"
» "Je cherche un peu de chaleur à mettre dans mon coeur" [Magenta]
» "Pour notre premier entraînement, je vais t'apprendre la chasse !"[PV : Diamant x3]
» {FINI}JAKE&MAY ▬ "Permet moi de te dire, mon amour, que la magie existe ... "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Harry Potter : La Nouvelle Menace :: Le Monde Magique :: Le Cimetière-
Sauter vers: